Recherche documentaire : Déterminer la nature du travail

  • Définir le type de travail demandé : est-ce un état de l’art, un résumé, un rapport, etc. ?
  • Déterminer le niveau de la cible (débutant, moyen, expert).
  • Identifier les contraintes pratiques :
    • Le problème doit-il être abordé de manière générale ou exhaustive ?
    • Quel est le calendrier imposé ?
    • Quel est le type de production exigé (document écrit, présentation orale) ?
    • Quel est son volume ?

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, on peut alors organiser le travail (calendrier prévisionnel, organisation des tâches).

Pour aller plus loin

Comment valider une question pour le grand oral ?

Une question permet de construire une argumentation pour justifier/cerner les enjeux de l’étude approfondie, la mettre en perspective, analyser la démarche engagée au service de la réalisation de l’étude approfondie, d’expliciter la stratégie individuelle et collective adoptée et les choix opérés ;
– À elles deux, les questions mobilisent les deux enseignements de spécialité, pris séparément ou transversalement ;
– La formulation des questions doit permettre d’ouvrir les possibles ; il s’agit d’engager l’élève dans une expression personnelle afin de lui permettre de :

  • témoigner et faire partager son expérience des organisations au sens où il a été en mesure de percevoir et s’approprier la complexité
    organisationnelle par le prisme des enseignements de spécialité ;
  • d’expliciter son cheminement de pensée et mobiliser une argumentation solide et ciblée, sans rechercher l’exhaustivité dans le traitement de la question ;
  • valoriser la question support ;
  • mobiliser ses connaissances ;
  • s’inscrire dans une logique d’ouverture « relationnelle » avec le jury vers un échange qui supporte la contradiction (dilemmes ou arbitrages).

Pour aller plus loin

L’épreuve du Grand oral, 3 temps forts – Le deuxième temps

Le deuxième temps : échange avec le candidat


Il importe que vous puissiez entrer dans un dialogue constructif avec le jury à partir de votre question : la maîtrise de l’exercice ne suppose pas seulement de savoir parler, mais encore de savoir écouter, et ainsi de savoir argumenter précisément en s’expliquant et en étant capable d’évaluer la force relative des différents arguments en présence. C’est cela qui permet à l’oral de jouer son rôle d’exercice de maturité : celle-ci se manifeste par la capacité à adopter un recul critique sur son savoir (et la construction de ce savoir) ; elle suppose de pouvoir parler à un non-spécialiste de ce que l’on sait et de ce sur quoi l’on a réfléchi, sans se réfugier dans un jargon qui escamote certains arguments, et pour autant sans s’affranchir des exigences de rigueur et de précision d’un discours bien informé.

Pour aller plus loin

L’épreuve du Grand oral, 3 temps forts – Le premier temps

Le premier temps : présentation d’une question et de son traitement


Votre savoir  doit prendre forme à partir d’une question singulière et personnelle, pour laquelle l’enseignant est en position d’accompagner le travail de  recherche et de votre problématisation et non de le définir.

Le choix de la question gagne ainsi à être laissé à votre initiative pour qu’elle vous soit personnelle, favorise votre engagement et le rende plus convaincant lors de sa présentation, le professeur accompagnant le travail d’élaboration et de libellé des questions. Les questions sont définies au cours de la réalisation du projet ou de la démarche de recherche.

Vous êtes amené à prendre du recul pour questionner son étude et sa démarche. Ainsi, vous devez pouvoir exposer les enjeux de la question que vous avez choisie et définie, c’est-à-dire à la fois les enjeux intellectuels généraux de cette question, qui font qu’elle mérite qu’on l’approfondisse et qu’on la problématise, et également les enjeux que cette question revêt à vos yeux : il importe que vous puissiez exposer en quoi la question fait sens pour vous.


Les simples questions de cours à réciter ne sont donc pas adaptées à cet exercice. On privilégiera les questions plus riches qui nécessitent des recherches personnelles et la mobilisation de savoirs et savoir-faire acquis tout au long de la scolarité jusqu’en terminale. Ce qui est important, ce n’est pas tant la question telle qu’elle est écrite et présentée au jury que la façon dont elle sera traitée.

Pour aller plus loin

Recherche documentaire : Comprendre le sujet

  • Lire plusieurs fois attentivement le sujet afin de s’en imprégner et noter ce qu’il évoque spontanément.
  • Définir les termes du sujet à l’aide d’un dictionnaire ou d’une encyclopédie et, si le sujet est une phrase, repérer son articulation logique.
  • Reformuler le sujet en quelques phrases courtes (cette reformulation pourra évoluer au cours du travail).
  • Définir le contexte général.
  • Déterminer les limites du sujet.

 

Pour aller plus loin

Quel est l’esprit du Grand oral ?

Avec le Grand oral, il ne s’agit pas seulement,  de vous exprimer à l’oral. Il convient de développer votre capacité à tenir un propos et maintenir un échange de façon structurée (argumentation) et étayée (connaissances). C’est l’objet même du Grand oral qui, comme le précise le programme, doit permettre « au candidat de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante ».

Pour aller plus loin

Se préparer au Grand Oral du bac 2021


Petit manuel pour Grand Oral de Serge Bloch et de Bertrand Périer est un petit précieux, bourré de conseils pratiques et judicieux.

Toutes les clés pour gagner en assurance et prendre du plaisir dans la nouvelle épreuve du Bac, avec :

Cet ouvrage rassemble :

  • des cours clairs et concis, enrichis de nombreux exemples et d’astuces concrètes
  • des exercices d’entraînement variés et ludiques
  • 11 vidéos tutos réalisées par Abyale Nan Nguema Desraisses, pour acquérir de l’aisance à l’oral : lecture à voix haute, relaxation minute, respiration, exercices d’élocution…
  • 12 vidéos d’ateliers d’improvisation de Bertrand Périer, pour progresser avec d’autres élèves

Tout pour gagner en assurance, prendre du plaisir et réussir la nouvelle épreuve du bac !

Petit manuel pour Grand Oral

de Serge Bloch (Illustrations), Bertrand Périer (Avec la contribution de), Carole Caumont

 L’ouvrage est enrichi de 10 tutoriels vidéos pour acquérir de l’aisance à l’oral. Abyale Nan Nguema Desraisses coache les élèves dans des vidéos courtes et efficaces : exercices d’élocution et d articulation, lecture à voix haute, relaxation-minute, exercices de respiration…

Le premier manuel qui prépare dès la 2de au Grand Oral ! Une approche concrète et rassurante pour dédramatiser l’oral. Un accompagnement à toutes les étapes (préparation, entraînement, jour J). Utilisable par tous les élèves dans toutes les disciplines, en classe et/ou à la maison.

C’est un très bon livre d’apprentissage avec une bonne pédagogie. Les exercices sont abordables, les conseils judicieux, indispensable pour élèves qui paniquent à l’idée de ce grand oral au bac 2021.

Grand oral du bac 2021

Définition et objectifs

  • Épreuve orale
  • Durée : 20 minutes
  • Préparation : 20 minutes
  • Coefficient : 10

Finalité de l’épreuve

L’épreuve permet au candidat de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante. Elle lui permet aussi de mettre les savoirs qu’il a acquis, particulièrement dans ses enseignements de spécialité, au service d’une argumentation, et de montrer comment ces savoirs ont nourri son projet de poursuite d’études, voire son projet professionnel.

Évaluation de l’épreuve

L’épreuve est notée sur 20 points.

Le jury valorise la solidité des connaissances du candidat, sa capacité à argumenter et à relier les savoirs, son esprit critique, la précision de son expression, la clarté de son propos, son engagement dans sa parole, sa force de conviction. Il peut s’appuyer sur la grille indicative de l’annexe 1.

Format et déroulement de l’épreuve

L’épreuve, d’une durée totale de 20 minutes, se déroule en trois temps :

Premier temps : présentation d’une question (5 minutes)

Au début de l’épreuve, le candidat présente au jury deux questions.

Ces questions portent sur les deux enseignements de spécialité soit pris isolément, soit abordés de manière transversale. Elles mettent en lumière un des grands enjeux du ou des programmes de ces enseignements. Elles sont adossées à tout ou partie du programme du cycle terminal. Pour les candidats scolarisés, elles ont été élaborées et préparées par le candidat avec ses professeurs et, s’il le souhaite, avec d’autres élèves.

Les questions sont transmises au jury, par le candidat, sur une feuille signée par les professeurs des enseignements de spécialité du candidat et portant le cachet de son établissement d’origine.

Le jury choisit une des deux questions. Le candidat dispose de 20 minutes de préparation pour mettre en ordre ses idées et réaliser, s’il le souhaite, un support qu’il remettra au jury sur une feuille qui lui est fournie. Ce support ne fait pas l’objet d’une évaluation. L’exposé du candidat se fait sans note.

Le candidat explique pourquoi il a choisi de préparer cette question pendant sa formation, puis il la développe et y répond. 

Deuxième temps : échange avec le candidat (10 minutes)

Le jury interroge ensuite le candidat pour l’amener à préciser et à approfondir sa pensée. Il peut interroger le candidat sur toute partie du programme du cycle terminal de ses enseignements de spécialité et évaluer ainsi la solidité des connaissances et les capacités argumentatives du candidat.

Le jury évalue les capacités argumentatives et les qualités oratoires du candidat.

Troisième temps : échange sur le projet d’orientation du candidat (5 minutes)

Le candidat explique en quoi la question traitée éclaire son projet de poursuite d’études, voire son projet professionnel. Il expose les différentes étapes de la maturation de son projet (rencontres, engagements, stages, mobilité internationale, intérêt pour les enseignements communs, choix de ses spécialités, etc.) et la manière dont il souhaite le mener après le baccalauréat.

Le jury mesure la capacité du candidat à conduire et exprimer une réflexion personnelle témoignant de sa curiosité intellectuelle et de son aptitude à exprimer ses motivations.

Le candidat effectue sa présentation du premier temps debout, sauf aménagements pour les candidats à besoins spécifiques. Pour les deuxième et troisième temps de l’épreuve, le candidat est assis ou debout selon son choix.

Si la question traitée concerne l’enseignement de spécialité langues, littératures et cultures étrangères et régionales, chacun des deux premiers temps de l’épreuve orale terminale peut se dérouler, en partie, dans la langue vivante concernée par l’enseignement de spécialité, selon le choix du candidat.

Pour aller plus loin